Un instrument de puissance. Ce fut mon 1er ressenti lorsque je vis un ami de mon père jouer lors d’une prestation alors que je n’étais agé que de 3 ans. La grosse caisse faisait vibrer mon coeur à chaque coup. Le son etait fort mais je refusais de me boucher les oreilles pour ne rien rater. Fasciné, l’envie de jouer de cet instrument me pris immédiatement. Je reçus une vieille batterie peux de temps après et, du haut de mes 3 ans, je tentai de pratiquer. Enfin je croyais pratiquer. En réalité, étant dénué de méthode et d’encadrement, je faisais plus du bruit qu’autre chose.

C’est ainsi qu’à l’âge de 8 ans, mes parents décidèrent que si je voulais faire de la batterie, autant en faire correctement. Je commençai alors des cours particuliers à la MJC de Montmorency. Je suivis ces cours pendant plus de 10 ans jusqu’à l’obtention de mon Baccalauréat. Pendant ce temps j’ai eu l’occasion de jouer dans de nombreux projets et participer à plusieurs masterclass.

Pour compléter mes connaissances, j’intégrai fin 2016 le Centre de Formation pour Musique Actuelle (CFPM) de Paris, à côté de Porte de la Villette. Cette formation m’a permis de m’ouvrir, de comprendre et d’interpréter, un grand nombre de musique telle que le jazz (be-bop ; hard bop; swing; smooth etc…), la bossa nova, le funk, le rock progressif mais aussi le classique ou encore le baroque. Parmis mes professeurs, j’ai cotoyé de grands musiciens tel que Robin Nicaise (saxophoniste,arrangeur et compositeur) ou encore Matthieu Rosso (guitariste de jazz très pointu) qui m’ont montrés ce que c’était d’être un vrai musicien: la rigueur, le travail et l’écoute. J’ai ainsi etudié l’histoire de la musique ainsi que l’histoire de mon instrument dans le but de contextualiser ma passion: savoir d’où l’on vient musicalement. La formation était aussi très centrée sur le solfège harmonique et rythmique pour nous donner toute les clés pour déchiffrer et surtout comprendre une partition. J’en suis sorti fin 2018 avec le diplôme de « Musicien intervenant des musiques actuelles, spécialité enseignement ».

C’est avec ce bagage là que j’enseigne aujourd’hui à des gens de tout âge. Au fil de ces années j’ai conservé ce qui fonctionnait sur moi et rejeté le reste. J’y applique aussi les techniques psychologiques aquises lors de ma spécialisation au CFPM. En terme de batterie, je fonctionne beaucoup avec la méthode Dante Agostini mais je rajoute aussi quelques ouvrages annexes que je juge utile. La compréhension du rythme à travers le solfège est aussi pour moi plus que nécessaire pour devenir un batteur complet. Le travail au métronome tient aussi une place importante dans la progression de l’élève car le batteur reste le pillier rythmique d’un groupe. En effet,je ne désire pas être responsable de problème de fluctuation de tempo dans les futures groupes de mes élèves. Mieux vaut prévenir que guérir.

Musicalement,

Julien Gatte.